Partners

Assadakah Sardegna

Assadakah Sardegna, la branche régionale de Assadakah – Centre Italien - Arabe et Méditerranéen est créée en novembre 2009 en tant qu'association indépendante, non partisane et sans but lucratif. Elle compte parmi ses membres des journalistes, des parlementaires, des professionnels, des intellectuels et des universitaires régionaux et nationaux, avec plus de 50 bénévoles qui participent à ses activités.

Comme indiqué dans son statut, son objectif est de réaliser des activités pour influencer de manière significative les politiques de coopération au développement et l'aide humanitaire en faveur des populations de l'hémisphère sud, s’engageant dans la promotion du développement humain durable et inspirant aux principes et lignes directrices des grands sommets mondiaux de l'ONU, l'Union européenne et les grandes organisations internationales.

Pour atteindre ces objectifs, Assadakah Sardaigne traite de la mise en œuvre de plusieurs initiatives visant à promouvoir les conditions sociales, économiques et culturelles propices au développement autonome des économies des pays en développement, avec un accent particulier sur la région méditerranée et arabe.

L'histoire de l'association est reliée à celle de la mer Méditerranée, Mare Nostrum, source de la vie et de l'identité de la Sardaigne. Une mer agitée, historiquement lieu d'affrontements, de malentendus, de haine et de vengeance, mais aussi lieu de  rencontre entre  différentes cultures. Une mer qui sépare et unit dans le même temps et devient le contact entre les peuples et les cultures, et est aujourd'hui un point crucial dans la politique mondiale.

Ces raisons expliquent les liens solides d'amitié et de solidarité qu’a tissé Assadakah Sardaigne avec les peuples et les cultures du sud de la Méditerranée, en particulier avec le Liban, l'Égypte, la Tunisie, la Jordanie, la Syrie et tous les pays de la Ligue arabe et de l’Iran en vertu de l'histoire, de la culture et des traditions communes qui unissent ces terres et ces identités culturelles.

Encouragée par ses idéaux de solidarité, interaction et multiculturalisme, l'Association entend promouvoir et soutenir des activités culturelles, sociales, économiques et politiques qui encouragent la compréhension, la circulation et la discussion entre les hommes de la Méditerranée.

À cet égard, Assadakah est activement impliqué dans la promotion, l'organisation et la mise en œuvre:

  • d’activités éducatives au développement pour sensibiliser le grand public aux problèmes de développement de l'hémisphère sud et du monde et pour promouvoir des initiatives d'éducation interculturelle. Et ce, afin d’orienter positivement la dynamique de la migration induite par le changement de la société civile de Sardaigne ;
  • d’une formation professionnelle et d'information adressée aux jeunes femmes et immigrants à travers des projets communautaires nationaux ou locaux ;
  • de divers services qui peuvent contribuer à l'inclusion de la population immigrée dans la société ;
  • de production et de diffusion de documents d'information : études, recherches et matériaux divers ;
  • de conférences et séminaires sur des questions d'importance nationale et internationale.
     

L'Association utilise des outils prévus par la législation italienne et internationale et réalise des projets de promotion et de coopération avec des fonds européens, nationaux et régionaux. Elle organise en particulier des conférences, réalise des études et des recherches et multiplie les occasions de rencontre et d'échange avec le monde arabe et la Méditerranée afin de renforcer un climat de paix et de respect mutuel pour construire un nouvel essor culturel et économique de la Méditerranée.

http://assadakahsardegna.com

 

UIRM du CEMAM de l’Université Saint-Joseph

L’Unité Interdisciplinaire de recherche – UIR Mémoire du Centre d’études pour le monde arabe moderne (CEMAM) de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth regroupe historiens, sociologues, ethnologues, géographes, linguistes, psychologues, photographes, muséographes, etc. qui travaillent ensemble sur des projets traitant de la mémoire vivante ; cet intérêt pour la mémoire est déterminé par la prise de conscience de l’importance du vécu des personnes en temps de paix, en période de conflits,  de crises ou de guerres.  Cette mémoire est porteuse d’un riche patrimoine qu’il est important de préserver et de conserver avant qu’il ne disparaisse, et qu’il est judicieux d’analyser afin d’approfondir la compréhension des questions de sociétés. Par ses différentes facettes, la « mémoire », qu’elle soit individuelle ou collective, écrite ou orale, déclarée ou tue, commémorée ou rejetée dans l’oubli est traitée d’une manière ou d’une autre par les différentes disciplines des sciences de l’homme et de la société. Le travail de recherche se fait principalement à partir d’entretiens réalisés avec des personnes issues de milieux géographiques, sociaux et culturels variés qui racontent leur vécu, leurs perceptions et leurs souvenirs, leurs relations avec les autres groupes et milieux ainsi que leurs expériences des périodes de guerre et de crise.

Différents programmes sont mis en place et traitent de multiples thèmes et faits sociaux comme : le passage des frontières, les mobilités et les circulations, la vie sociale et économique dans les villages mixtes, la protection du patrimoine matériel et immatériel par la collecte, la sauvegarde et la diffusion,  les mémoires de guerre, les mémoires construites autour des espaces publics urbains, etc. Ces programmes sont souvent réalisés en collaboration avec des partenaires nationaux, régionaux et internationaux.

L’aire d’études et d’observation de l’UIR Mémoire est le Liban, la Syrie, la Palestine et la Jordanie avec possibilité d’une extension à d’autres sous-ensembles du monde arabe comme l’Irak, l’Égypte, le Maghreb et le Golfe. Extension qui peut se faire selon les programmes, projets ou partenariats qui permettront de convoquer des compétences d’observation par le réseautage de chercheurs.

Les objectifs de l’UIR mémoire se présentent comme suit : 

  • Centraliser les différents travaux traitant les questions de mémoire.
  • Réfléchir et travailler sur la perception de l’espace communautaire et de ses frontières.
  • Dynamiser la recherche centrée sur les mémoires, les mythes et la patrimonialisation des espaces publics urbains de la Méditerranée et engendrant une nouvelle approche des multiples enjeux sociaux et culturels dont ils sont porteurs.
  • Former de jeunes chercheurs à la recherche.
  • Constituer une base de données sous forme d’archives orales et/ou écrites, visuelles et audiovisuelles du sud de la Méditerranée.
  • Coopérer à une meilleure mise en valeur patrimoniale de la Méditerranée par le développement de la "Mémoire Vivante".
  • Mettre en place entre les partenaires une structure d’échanges continus et réguliers des résultats de leurs recherches, de leurs méthodes d'investigation et des outils utilisés dans leurs études.
  • Diffuser dans la mesure du possible les résultats auprès des instances locales et régionales responsables et concernées pour contribuer ainsi au développement durable des villes méditerranéennes sur site Internet et sur support papier.

 

http://uir-memoire.blogs.usj.edu.lb

 

Français